Critiques

[Critique] The Falcon and The Winter Soldier

26 avril 2021
falcon

The Falcon and the Winter Soldier est l’une des innombrables séries que l’on va de plus en plus retrouver sur la plateforme Disney +. Ce n’était pas la série que j’attendais avec impatience et pourtant, je crois que je n’ai jamais été aussi emportée par un projet Marvel Studios (à l’exception de Black Panther).

Lorsqu’à la fin d’Avengers Endgame, Steve Rogers (Chris Evans) donne le bouclier à Sam Wilson (Anthony Mackie), je n’ai pas compris ce choix. J’ai trouvé que cela n’était pas logique. Pour moi, le bouclier devait revenir à Bucky Barnes (Sebastian Stan), qui était son meilleur ami, mais pas à Falcon. De plus, j’avais tout de suite tilté sur le fait que Sam Wilson était un personnage noir et qu’un tel personnage qui hérite du bouclier de Captain America, allait forcément faire jaser chez certains fans. Mais je me suis très vite ravisée lorsqu’après mes propres petites recherches, j’ai découvert de Sam Wilson avait été Captain America dans les comics.

falcon

Avengers Endagame – © Marvel Studios

Je m’attendais à regarder un simple divertissement du vendredi soir, pour lequel j’imaginerais des théories semaine après semaine. Cela est bien sûr arrivé, mais comment aurais-je pu penser une seule seconde que la série aborderait la condition des Afro-Américains, de l’immigration et surtout du « rapatriement » des immigrés en question lorsqu’on n’en aurait plus besoin ?

Au-delà du simple divertissement, The Falcon and the Winter Soldier, aborde également le sujet du lourd héritage que laisse Steve Rogers, ce que représente réellement le bouclier de Captain América pour un Afro-Américain, les conséquences du snap de Thanos et celui de Bruce Banner cinq ans plus tard.

Sam Wilson et Bucky Barnes

Tout au long de cette série, nous avons Sam qui doit se battre face aux attentes que Steve avait pour lui, les attentes du gouvernement et les attentes de sa famille.

Sam Wilson est un personnage que j’apprécie beaucoup. Il est généreux, prêt à aider son prochain et sa principale motivation est de faire ce qui est juste, non pas pour lui, mais pour les États-Unis d’Amérique et les personnes qu’il aime. C’est l’une des raisons pour laquelle il décide de donner le bouclier au gouvernement, pensant ne pas être à la hauteur (et sans doute pas assez blanc) pour incarner « l’exemplarité » de ce pays. Et le gouvernement lui donne raison puisque qu’il le confie quasi-immédiatement à un parfait petit soldat du nom de John Walker, pas noir pour sou.

Suite à cela, Sam passera son temps à expliquer à Bucky qu’il n’avait pas d’autre choix que de donner le bouclier au gouvernement, ce que le Soldat de l’Hiver prendra pour une véritable trahison envers Steve. 

The Falcon and the Winter Soldier – © Disney +

Ce que j’ai aimé dans cette série est le traitement et l’évolution des deux personnages. Mais entre Sam qui refuse l’héritage qu’on lui donne avant de totalement embrasser son rôle Captain America  et Bucky qui va voir une thérapeute et dont la plus grande frayeur est que le Soldat de l’Hiver reprenne possession de lui, je dois bien admettre que j’ai préféré l’évolution de Bucky.

Le personnage est complètement torturé en proie à ses démons et les victimes du Soldat de l’Hiver qui le hantent, qu’elles soient vivantes ou mortes. Mais tout au long de la série, on nous fait comprendre que le Soldat de l’Hiver n’est plus là, en particulier avec la nouvelle identité que les Wakandais lui donnent : Le Loup Blanc. Ce nouveau nom revient régulièrement dans la bouche d’Ayo (Florence Kasumba), une Dora Milaje présente dans la série.

The Falcon and the Winter Soldier – © Disney +

Présence de Zemo et du Wakanda

La présence du Wakanda dans la série a été une véritable surprise et j’avoue que c’est aussi l’une des raisons qui m’ont fait de plus en plus aimer la série. Les Dora Milaje ne sont pas présentes très longtemps, mais elles laissent une trace de leur passage et emporte le Baron Zemo (Daniel Brühl) avec elles, alors qu’il s’était « évadé » de prison avec l’aide de Bucky.

© Disney + – Giphy

Le personnage de Zemo a également été une surprise. On l’avait laissé à la fin de Civil War, dans une prison de haute sécurité à Berlin. Ce personnage n’a pas d’évolution particulière. Son but était de détruire les Avengers de l’intérieur dans Civil War. Son objectif dans cette série est d’éliminer tous les super-soldats existants, car ces êtres ont la plupart du temps des velléités de suprématie, tels que les Flag-Smachers.

Qui sont les antagonistes ? 

Les Flag-Smachers sont les antagonistes de la série. C’est un groupe de super soldats dont Karli Morgenthau (Erin Kellyman) est le leader. Le but du groupe qualifié de terroriste, est de retrouver la vie d’avant. Celle d’après le premier snap de Thanos, lorsque la moitié de l’univers avait disparu et que les pays du monde entier, avaient besoin de main d’œuvre pour se reconstruire. Malheureusement, lorsque toutes les personnes qui avaient disparu sont soudainement revenues, cette fameuse main d’œuvre, a été remerciée de façon atroce et a été poussée à quitter job, habitat, mais aussi le pays dans lequel elle était car… on n’avait plus besoin d’elle. Le groupe décide donc de se faire entendre en employant la force et la terreur.

falcon

The Falcon and the Winter Soldier – © Disney +

Le problème avec les Flag-Smachers dans cette série, est que  malgré leur combat qui est compréhensif, mais dont les actions sont mauvaises, je ne suis pas parvenue à avoir de l’empathie pour eux. À savoir que l’empathie n’est pas de la compassion. J’avais de l’empathie pour Thanos, j’en avais également pour Killmonger. Mais je ne compatissais pas. Pas du tout. Cependant, ce sont des personnages que j’ai aimé détester à cause de, ou grâce à leur backstory. Mais bizarrement, ça n’a pas fonctionné avec les Flag-Smachers et Karli Morgenthau. Il aurait pu leur arriver n’importe quoi, cela m’aurait été complètement égal. Car mes interrogations sur la série étaient ailleurs.

Le nouveau Captain America

En revanche, le personnage que j’ai aimé détester, pour qui j’ai eu de la peine avant de l’apprécier est John Walker (Wyatt Russell) : le nouveau Captain America. La pression que Sam Wilson avait dû ressentir en héritant du bouclier de Steve a été transféré sur les épaules de John Walker, qui devait à lui tout seul, représenter l’Amérique, sans le charisme de Steve Rogers, ni le sérum du super soldat. Cette pression était si forte, qu’il a fini par partir en vrille, peu après avoir été neutralisé par les Dora Milaje qui sont aussi humaines que lui, mais super badass.

© Disney + – Giphy

On aime détester John Walker, parce qu’il possède un bouclier qui n’est pas le sien et qu’il ne mérite pas. On aime le détester parce qu’il représente le personnage qui pense avoir tous les droits de par le statut qu’on lui a donné. Pourtant, John Walker n’en reste pas moins un être humain complexe avec ses forces, mais surtout ses faiblesses. Et ce sont ces faiblesses qui vont, le temps d’un épisode, le transformer en antagoniste de Sam et Bucky.

John Walker avec le bouclier en sang – Source : Giphy

A quoi joue Sharon Carter ?

Sharon Carter (Emily Vancamp) est le véritable mystère de cette série. Tout comme Zemo, nous n’avions plus entendu parler de Sharon après Civil War. Elle était devenue fugitive après avoir aidé Steve Rogers. Ce qu’on apprend dans la série est qu’elle a dû quitter son pays pour se réfugier dans un lieu qui n’avait pas d’extradition avec les Etats-Unis : Madripoor, île fictive du sud-est de l’Asie, dirigée par l’omniprésent Power Broker, qui a financé la création d’un nouveau sérum de super soldat que les Flag-Smachers ont volé, que Sam et Bukcy veulent arrêter avec l’aide de Zemo, alors que John Walker veut remettre Zemo en prison. (Je ne sais pas si j’ai vraiment été claire…)

falcon

The Falcon and the Winter Soldier – © Disney +

La question qu’on se demande tout au long de la série est : Qui est Power Broker ? Tout nous porte à croire que serait Sharon Carter qui a la belle vie sur cette île et qui trempe dans des affaires pas très légales. Mais personnellement, je pense que c’est faux. Je pense que Marvel Studios veut nous tromper.

Des thématiques actuelles

Cette série surprend d’épisode en épisode. On y apprend qu’un super soldat noir (Isaiah Bradley) avait été caché aux yeux de la société à cause des traitements inhumains qu’il avait subit par le passé. Son histoire m’a immédiatement fait penser au mouvement « Black Lives Matter » qui met en lumière le fait que la vie des noirs compte tout autant que n’importe quelle autre vie aux Etats-Unis et plus largement dans le monde. Que ce sont des êtres humains comme les autres qui mérite le respect.

Le combat des Flag-Smachers m’a immédiatement fait penser au scandale de la génération Windrush qui a éclaté en 2018 au Royaume-Uni envers la communauté caribéenne du pays. Si vous ne savez pas ce que c’est, je vous invite à lire les articles ici et et à regarder cette petite vidéo.

La force de cette série est que malgré son côté divertissant, ses scènes d’action et ses combats assez impressionnants, The Falcon and the Winter Soldier parvient à ancrer sa trame dans notre réalité et nos problématiques. Je lui reproche tout de même le discours de Sam en tant que Captain América, qui certes, avait de l’importance (on parle quand même du respect de l’être humain), mais qui pour moi était très mal amené, loin d’être subtile et pas très digeste.

The Falcon and the Winter Soldier – © Disney +

Mon avis final

J’ai passé un très bon moment à regarder cette série. A voir Sam Wilson accepter progressivement son statut de Captain America et Bucky Barnes ne plus avoir peur de lui-même. Je mets aussi  une mention spéciale pour le jeu d’acteur de Wyatt Russell (John Walker) et Sebastian Stan (Bucky). Il a quand même failli me faire pleurer au début de l’épisode 4 (mon épisode préféré).

Il y a cependant un gros point négatif que j’aimerais mettre en lumière (ce sera mon instant ‘Drama Queen’ cet article) : Le personnage de Batroc. C’est un mercenaire français qui est déjà apparu dans Captain America : The Winter Soldier, mais dont l’acteur qui a été engagé pour jouer ce rôle est québécois (George Saint-Pierre). Quand on regarde la série en VF, on ne voit pas la différence. Mais lorsqu’on la visoinne en VO, qu’on entend ce fort accent québécois avec des clichés sur la France de la part de Falcon pour faire rire le spectateur, ça ne fonctionne plus du tout. Cela prouve bien qu’il ne suffit pas d’être francophone pour passer pour un Français à l’écran. Et c’est pareil pour n’importe quelle langue, dans n’importe quel pays ou région du monde.

Y aura-t-il une saison 2 ? 

The Hollywood Reporter a récemment annoncé que Marvel Studios avait pour projet de faire un Captain America 4. Donc a priori, il n’y aurait pas de saison 2.

Mais cela reste une bonne nouvelle. Peut-être qu’au lieu d’avoir pour titre Le Faucon et le Soldat de l’Hiver, on pourrait avoir Captain America et le Loup Blanc.

Oui, je veux voir Bucky en Loup Blanc au Wakanda. Peut-être dans Black Panther 2 ?

Et pour conclure cet article, je vous laisse avec la Zemo Dance  :

Vous aimerez peut-être

2 Commentaires

  • Répondre Vix 27 avril 2021 at 16 h 46 min

    Ce n’est pas tellement mon style de série, mais ton article est intéressant avec un contenu bien détaillé !

    • Répondre Priscilla 27 avril 2021 at 18 h 11 min

      Je comprends totalement. Mais merci pour ton commentaire et si ça peut te faire changer d’avis au moins sur cette série, ce serait chouette.

    Laisser un commentaire

    Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

    error: Content is protected !!