Souvenirs

Guide des avant-premières à Londres : Mon expérience

17 février 2020
Londres

J’ai vécu des moments sympa à Londres. Des choses que je n’aurais jamais pensées faire à Paris comme, assister à des avant-premières seule. C’était complètement dingue, complètement fou, mais Londres a cette capacité de nous faire vivre des choses auxquelles on n’aurait jamais pensé. J’ai donc eu la chance d’assister en un mois, à quatre avant-premières à Londres et de faire une sorte de petit guide grâce à ce que j’y ai vécu.

Les événements qui sont dans cet article datent de 2017, mais sont toujours d’actualité (je crois). Vous pouvez trouver le texte original écrit par mes soins et en anglais approximatif ici.

L’équipement

Cela parait bête dit comme ça, mais il faut avoir un minimum d’équipement lorsqu’on assiste à une avant-première. Il y a d’abord les rudimentaires. Les premières choses auxquelles on pense : Un appareil photo et/ou un téléphone, un stylo (qui fonctionne) un carnet et des goodies si on en possède. Pour ma part, je ne cherche pas à avoir d’autographe, une photo c’est déjà sympa (Pas un selfie. J’ai horreur des selfies). Mais ce à quoi on ne pense pas forcément, ce sont les vêtements. On ne se pose pas trop la question lorsque l’événement se passe en été, mais dès que la température décline, un bon manteau n’est pas de trop, de même que de bonnes chaussures. On reste debout assez longtemps alors de bonnes baskets dans lesquelles on est confortable ne sont pas à négliger. On peut même y ajouter (uniquement si on en possède, sinon ce n’est pas la peine) des bas de contention et/ou semelles orthopédiques. Je vous garantis et que ça vous changera la vie. Et surtout, n’oubliez pas le parapluie. (This is London).

av londres

Arrivée à Leicester Square

Quasiment toutes les avants-première se déroulant à Leicester Square à Londres, commencent dans les environs de 17h (officiellement) mais les acteurs arrivent en général sur le tapis rouge (ou autre couleur) une bonne heure et demi plus tard (officieusement).

Certaines personnes (les ultra fans) peuvent arriver très tôt le matin, avant 7h, voire même dormir sur place la veille au soir. Pour ma part, je m’impose quelques limites, alors je préfère arriver en début d’après-midi. Il n’y a que pour le film Confident Royal que j’ai fait ce qu’il ne faut pas faire en général : arriver une heure avant le début officiel de l’événement.

Les bracelets

Cela m’a pris les quatre avant-premières pour m’y faire, mais pour y assister il faut se rendre dans le cinéma pour demander un bracelet. Pour Confident Royal j’en avais eu un bleu. Je n’en avais pas pour le film Mother!, parce qu’à l’heure à laquelle j’étais arrivée (plus tôt pour que pour Victoria & Abdul pourtant) il n’y en avait plus. Pour le film Kingsman : Le cercle d’or j’avais un bracelet rouge (à savoir qu’il y avait plusieurs bracelets de couleur en fonction de l’endroit où on se trouvait pour cette première) et pour le film Goodbye Christopher Robin, il y avait des bracelets verts, mais je n’en avais pas eu non plus (il n’y en avait eu que 120).

                avp londres2                         avp londres1

Les bracelets permettent aux agents de sécurité d’identifier les personnes qui veulent assister à l’événement. Ceux qui n’en ont pas se mettent là où ils peuvent – d’un point vue purement théorique parce que dans la pratique, on peut très bien ne pas avoir de bracelet et ne pas être trop mal placé. Ce que j’appelle ne pas être trop mal placé, signifie être près des barrières et non derrière quelqu’un, parce qu’en vérité, je ne sais pas vraiment quelle est la meilleure place pour assister à une première à Londres. J’ai à un moment pensé qu’être placée là où les voitures arrivaient serait la meilleure place, puis qu’au final, c’était juste en face du cinéma qu’il fallait se trouver… Je considère donc qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise place, mais que chaque première à son lot de chance.

Mais pour accéder aux barrières, les sacs sont fouillés par les agents ou reniflés par des chiens (ce qui est arrivé pour l’avant-première de Kingsman) et les bracelets vérifiés. Une fois fait et derrière les barrières, on attend.

avp londres3                      avp londres4

avp londres5                       avp londres6

Le chauffeur de salle

Je ne suis pas de nature très patiente, alors attendre plusieurs heures, debout derrière une barrière peut rapidement me mettre de mauvaise humeur. Je me suis vue à plusieurs reprises quitter les barrières, mais ce qui me poussait à rester était évidemment la perspective de voir le casting du film en projection et aussi la perspective de pouvoir obtenir des invitations pour voir le film. C’est une chose qui peut arriver à l’heure à laquelle la première est censée commencer, grâce à un “chauffeur de salle” (je ne sais absolument pas comment appeler cette personne).

C’était la même personne pour les quatre premières. Cette personne est là pour mettre l’ambiance, secouer un peu la foule et passer le temps. Et pour cela, quoi de mieux que de proposer des invitations à gagner. Mais autant dire que la chance n’a pas été avec moi. J’étais un peu déçue, surtout pour Kingsman qui était vraiment LE film que je voulais voir à tout prix. J’étais même frustrée de voir que la personne à côté de moi avait tout eu, T-shirt, porte-clé, invitations… C’était horriblement injuste ! J’exagère sans doute un peu, mais c’est comme ça que je l’ai ressenti sur le moment.

J’étais dé-goû-tée.

Vice versa – © Disney

Puis une fois que le chauffeur de salle a fait son petit spectacle, a galvanisé la foule, il s’en va et l’événement commence enfin…

Le casting arrive

C’est le moment le plus intéressant de la journée. Ce moment où le casting arrive. On les voit les uns après les autres, saluer tout le monde, poser pour les photographes, répondre aux journalistes et bien sûr aller vers les fans. Le moment que j’appréhende et crains le plus. J’ai eu une très mauvaise expérience lors d’une avant première à Paris il y a plusieurs années et durant laquelle, les fans poussaient pour avoir un petit autographe. Une horreur. Mais à Londres, j’ai été agréablement surprise que ça ne se produise pas. Je ne dis pas que personne ne poussait, mais plutôt que personne ne poussait à en faire tomber les barrières et à en insulter les personnes qui se trouvaient contre ces barrières. Et bien sûr, il y a les personnes qui hurlent le nom des acteurs aussi. Cela fait partie du jeu.

Puis c’est la loterie. Ce n’est pas parce qu’on hurle le nom d’un acteur, qu’il va forcément venir dans notre direction. Pas parce qu’il ne le veut pas, mais plutôt parce qu’il a tout un staff autour de lui qui le guide sur le tapis et principalement vers les journalistes. Encore une fois, c’est comme ça.

Par exemple pour Confident Royal, je n’ai pas le souvenir d’avoir vu le casting signer beaucoup d’autographes, s’étant rapidement retrouvé à l’intérieur du cinéma.

avp londres7                              avp londres8

Pour Mother!, Darren Aronofsky a signé quasiment toutes les barrières alors que Jennifer Lawrence et Domhnall Gleeson ont été vite dirigés vers les journalistes et ont donc pris moins de photos et signé moins d’autographes.

avp londres13

  avp londres17                       avp londres18

Pour Kingsman : Le cercle d’or, tout le monde à signer. C’était la plus grande avant-première sur les quatre et tout le monde a signé et pris des photos. Je ne voulais principalement que trois photos, celle de Colin Firth avant-tout (qui a vraiment pris tout son temps pour prendre des photos et signer, un vrai bonheur), Taron Egerton et Mark Strong. J’ai eu Colin Firth, un pur moment de bonheur, mais je n’ai pas eu Taron Egerton et Mark Strong. En revanche, j’ai eu une photo d’Elton John, d’autres acteurs du film et cerise sur le gâteau, la surprise Andy Serkis.

avp londres14                      avp londres9

avp londres10                    avp londres11

avp londres12

Pour Goodbye Christopher Robin, j’ai cette fois pu avoir une photo de Domhnall Gleeson et de Margot Robbie qui ont pris leur temps pour aller voir tout le monde.

avp londres15                       avp londres16

Après le tapis rouge

La chose que j’ai remarqué, c’est que la plupart des personnes attendant des heures aux barrières partent quasi-immédiatement après avoir eu leurs photos avec tout le casting ou presque. Pour ma part, j’ai besoin d’un petit temps de calme pour me remettre de l’effervescence de la première. Et j’ai rapidement compris que cette attente pouvait être bénéfique.

C’est arrivé avec Confident Royal, lorsqu’un agent de sécurité m’a demandé si je voulais voir le film. Oh que oui! Je me suis donc retrouvée avec une invitation, à traverser le tapis rouge pour aller voir le film dans la salle au premier rang ! Bingo!

avp londres19                             avp londres20

Pour Mother!, rien ne s’est passé, idem pour Kingsman (à mon grand malheur). En revanche, lorsque les acteurs de Kingsman : Le cercle d’or ont terminé de faire la présentation du film dans la salle, certains d’entre-eux (Halle Berry, Julianne Moore, Taron Egerton, Elton John, Matthew Vaughn) sont sortis du cinéma. Et même si je n’ai pas pu avoir une photo de Taron Egerton, j’ai pu avoir un high five avec lui. Et rien que ça, surpassait toutes les photos que j’aurais pu prendre de l’acteur.

Kingsman : Services Secret – © 20th Century Fox

Mais la chance m’a encore souri pour Goodbye Chistpopher Robin pour lequel je n’ai certes pas eu d’invitation, mais dont j’ai pu voir le film grâce aux organisateurs de l’événement qui proposaient aux fans qui le voulaient bien d’entrer dans le cinéma pour le voir. J’ai donc profité de l’occasion.

avp londres21

Il faut vraiment rester jusqu’à la toute fin de l’événement. Jusqu’à ce que le dernier acteur soit interviewé, jusqu’à ce que les tapis soient retirés pour être sûr et certain que l’événement est bel et bien terminé. Une surprise peut toujours surgir à la dernière minute.

The Great Gatsby – © Warner Bros.

Vivre et assister à une avant-première est quelque chose d’extraordinaire. En vivre quatre en un mois, est carrément hallucinant. J’ai à plusieurs reprises pensé que je ne resterais pas jusqu’à la fin, que je prendrais peur avec la foule, les cris, les gens qui poussent… Mais je ne regrette absolument pas d’avoir vécu ces événements derrières les barrières. Et si c’était à refaire, je pense que je le referais, c’est certain. En tout cas je le ferai à Londres. J’attends de voir comment ce genre d’événement se passe à Paris aujourd’hui.

Vous aimerez peut-être

2 Commentaires

  • mathi412@hotmail.com'
    Répondre Mathilda Van Den Eijnde 26 février 2020 at 22 h 40 min

    Salut !

    Je commente avec un peu de retard, désolée. C’est incroyable ce que tu as vécu à Londres. Je n’ai jamais assisté à d’avant-première, Bruxelles n’étant pas vraiment la porte à côté non plus pour la campagnarde que je suis. 😀 Je ne savais honnêtement pas du tout comment ça se passait avant ton article, mais ça a l’air génial ! Le sentiment que tu as du avoir à voir les acteurs en vrai ne doit pas avoir de prix. A ta place, j’aurais pris peur. Je déteste la foule, et je suis trop timide pour m’approcher. Mais ça a du être un super moment pour toi. Merci de l’avoir partagé ! 🙂

    Mathi

    • Répondre Priscilla 28 février 2020 at 21 h 57 min

      Hey ! Il n’y a pas de retard dans les commentaires. Tu commentes quand tu veux et surtout ce que tu veux 😉 C’était grisant de vivre de tels événements. J’espère que tu en auras un jour l’opportunité.

    Laisser un commentaire

    Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

    error: Content is protected !!